Mon parcours de colopathe

Dans cet article, je vais essayer de te raconter mon parcours de colopathe à partir des premiers symptômes, jusqu’à aujourd’hui. Tout d’abord, je tiens à te signaler qu’on n’utilise plus vraiment les termes de « colopathie fonctionnelle » et « colopathe ». Avant, cette pathologie s’appelait « syndrome du côlon irritable », mais depuis qu’on a découvert que les intestins jouent aussi un rôle, on parle plutôt de « troubles fonctionnels intestinaux » ou de « syndrome de l’intestin irritable ». J’ai choisi d’utiliser le nom lecolopathe.fr pour ce blog, car c’est simple à retenir et c’est tout de suite évocateur. Tu valides ?

Peut-être que ce que je vais te raconter ressemble fortement à ce que tu as vécu, peut-être que non. Je pense que c’est une maladie assez difficile à cerner et anxiogène, alors j’espère que lire mon parcours pourra t’aider à te sentir moins seul et dédramatiser.

Le début des symptômes

Je ne vais pas tourner autour du pot, pour moi je suis atteint de SII depuis toujours, sauf que je ne le savais pas. En effet, j’ai constamment eu des petits troubles digestifs toute ma vie. Jusqu’en 2020, je n’avais fait aucun examen, car c’était largement vivable, mais je sentais qu’il y avait quelque chose. J’avais parfois des petites douleurs, des spasmes, des difficultés à déglutir en situation de stress, des remontées acides… Mais de façon minime.

D’ailleurs, chaque forte et mauvaise émotion, me procurait des barres en bas du ventre. De plus, j’allais peu aux toilettes, seulement deux fois par semaine. Une tendance à la constipation donc.

Mais en novembre 2020, ces symptômes sont devenus très réguliers et plus importants. Et ça s’est même inversé, car au lieu d’un transit assez lent, j’ai hérité d’un transit assez rapide.

Pour faire simple, voici une liste de signes que j’ai régulièrement :

  • Diarrhée ;
  • Ballonnements ;
  • Flatulences excessives en fonction de ce que je mange ;
  • Des spasmes intestinaux avec douleurs légères ;
  • Rarement des fortes douleurs.

Pour rester dans le glamour, je sais aussi pertinemment que si je mange des légumes, j’aurais lors de ma prochaine selle, des petits résidus alimentaires. Encore un signe d’un transit très accéléré.

Sinon, je ne sais pas si c’est dû au syndrome de l’intestin irritable, mais j’ai aussi régulièrement des palpitations sans raison. Je peux courir 15 kilomètres sans être essoufflé, mais aussi sentir mon cœur battre la chamade quand je suis tranquille dans mon canapé :D. J’ai fait quelques examens médicaux, mais là encore, rien n’a été trouvé.

A quelle période de ma vie est-ce arrivé ?

Comme je te le dis juste au-dessus, cela fait un peu plus d’un an que j’ai de nombreux symptômes qui s’atténuent parfois. Étrangement (Ou pas), c’est arrivé quand j’étais assez surmené et qu’il y a eu quelques événements négatifs dans ma vie. En gros, alors que je suis assez heureux généralement, cette maladie est apparue lors d’une période très compliquée à gérer, ce qui ne m’arrive habituellement pas.

Peut-être que mon corps a voulu me dire quelque chose, qu’il fallait que je me détende, que je prenne du recul. Je ne sais pas et je ne saurais jamais.

Mais c’est aussi arrivé à une période où je mangeais mal, avec quelques kilos en trop. Je buvais beaucoup de boissons gazeuses, je mangeais beaucoup de sucreries et me faisait livrer beaucoup.

Bref, le mental et le physique n’étaient pas au top ! Même si j’essayais de faire pas mal de footings pour compenser.

Pour parler de moi

Comme dans le SII, il y a certainement une certaine part psychologique, je vais t’en dire un peu plus sur moi. Tu me diras en commentaire si tu reconnais certains traits ou si à l’inverse, tu es complétement différent. Ca nous permettra de savoir si nous nous ressemblons un petit peu :).

Dans un premier temps, il faut savoir que je suis quelqu’un d’angoissé généralement et sur beaucoup de points. Que ce soit dans ma vie personnelle, pour le travail ou encore la santé. J’ai même tendance à être hypocondriaque. Alors quand on a des symptômes digestifs, on s’imagine parfois le pire ! J’ai pensé au cancer, à un problème au pancréas… Pourtant, je suis infirmier de formation et je sais rationaliser. Mais quand l’angoisse prend le dessus et qu’on se met à regarder sur internet, c’est la fin des haricots. Ne faites surtout pas cela et attendez la consultation avec votre médecin traitant et/ou un gastro.

J’ai des périodes sportives, d’autres un peu moins, mais c’est quelque chose que j’affectionne. Et plus je fais du sport, mieux je vais. Donc un conseil, fais de l’exercice, ça ne peut qu’être bénéfique.

Sinon, j’adore rire, m’amuser et je suis clairement loin de faire mes 34 ans dans ma tête ! Même si je sais être sérieux quand il le faut, j’aime vraiment prendre du bon temps.

J’ai quelques très bons amis, mais aime bien être seul et ne suis pas de nature très sociable. Rencontrer beaucoup de gens est loin d’être un objectif pour moi et j’aime être entouré des personnes que je connais bien.

Sinon, je ne fume pas et ne bois presque pas d’alcool. Par contre, j’ai toujours aimé beaucoup manger avec un palais très sucré. Mon péché mignon, c’est les pâtisseries que ce soit l’éclair au chocolat, la tropézienne ou le flan pâtissier. En gros, que des ennemis d’un intestin en bonne santé, surtout si on en abuse.

Ce n’est pas un trait de personnalité, mais juste pour information, je fais 70 kilos pour 1,73 m. Je suis bien proportionné et c’est un poids avec lequel je me sens bien. J’ai eu quelques variations de poids de 57 (Trop peu) à 81 kilos (Beaucoup trop).

Le parcours médical

Mon parcours de colopathe

Je me souviendrai toujours comment a commencé ce syndrome de l’intestin irritable. C’était un dimanche après un repas chez mes parents. Tout allait bien et d’un coup, je me suis senti mal avec quelques sueurs et un gros mal de ventre. Je pense que j’ai fait une bonne gastro ou que j’ai eu une petite intoxication alimentaire. C’est souvent comme cela que débute le syndrome de l’intestin irritable.

En gros, je ne me suis pas vraiment posé de question, car cela arrive à tout le monde d’avoir des problèmes de ce genre. Mais c’est quand j’ai commencé à avoir un transit accéléré pendant plusieurs jours que j’ai commencé à m’inquièter. J’allais aux toilettes plusieurs fois par jour.

J’ai donc pris contact avec mon médecin traitant qui m’a donné un traitement symptomatique : Antidiarrhéique et probiotiques. Il m’a aussi prescrit une prise de sang et une analyse des selles à faire si les symptômes persistaient. Ce qui s’est passé. J’ai ainsi fait ces examens qui n’ont rien révélé à part une dysbiose intestinale (Plus de mauvaises bactéries que de bonnes).

Puis, j’ai été orienté vers un gastro qui n’a pas semblé s’inquiéter, car je suis jeune (34 ans) et que je n’avais pas d’autres problèmes plus graves comme le sang dans les selles, une perte de poids.

J’ai tout de même effectué une coloscopie et une gastroscopie qui n’ont rien montrés là non plus.

En gros, comme aucun examen n’a démontré une pathologie, on a classé mes symptômes dans les troubles fonctionnels.

Sinon, on m’a prescrit quelques médicaments comme des antispasmodiques ou antidiarrhéiques. J’en prends régulièrement, mais je ne suis pas sûr que ce soit la solution. Je ne pense pas qu’il y ait de traitements efficaces contre cette maladie. C’est plutôt un ensemble de choses à prendre en compte.

La suite ?

Je vous en parlerais au fur et à mesure de ce blog, mais pour le moment je n’ai pas vraiment changé quoi que ce soit pour améliorer la situation. Mais aussi, aucun médecin ne m’a donné de vrais conseils. On m’a simplement dit de faire attention à mon alimentation et de moins stresser. Je n’ai pas eu de régime clair à adopté ou d’examens plus poussés comme des tests pour voir si le transit est accéléré, le SIBO ou d’autres pistes de ce genre, très communes dans le syndrome de l’intestin irritable.

Mais mon objectif est évidemment d’aller mieux tout en vous parlant avec humour sur Instagram de mon parcours. Je vais donc prochainement modifier ce que je mange et consulter une naturopathe pour m’accompagner.

Donc n’hésite pas à faire un tour de temps en temps sur ce blog et les réseaux pour suivre l’évolution. Et surtout, surtout… me partager toi aussi ce que tu ressens, tes victoires, tes défaites… Bref, toutes ton histoire.

Laisser un commentaire