Les sujets préférés des colopathes (Attention humour SII)

Quand on atteint du syndrome de l’intestin irritable, il y a quelque chose qui nous obsède plus que tout : Nos selles. Non, ce n’est pas une blague, car en fonction de la fréquence, de la couleur et de la forme, cela peut nous faire passer une bonne ou une mauvaise journée. Bah oui, être constipé ou avoir la diarrhée, ce n’est jamais agréable. Comme les ballonnements ou les flatulences d’ailleurs. Mais les intestins sur pattes que nous sommes, avons bien d’autres sujets de conversations privilégiés et en voici quelques-uns.

Les selles et ce qui va avec

Généralement, comme vu au-dessus, les colopathes ont toujours eu et ont toujours des problèmes de transit. Il y a des périodes avec et sans, mais c’est un trouble souvent ancien et récurrent. Du coup, c’est très important au quotidien et il y a toujours une appréhension avant d’aller aux WC.

  • « Est-ce que je vais y rester longtemps ? »
  • « Est-ce que je vais avoir mal ? »
  • « L’état sera- t-il solide ou liquide ? »

Bref, tant d’interrogations diverses et variées qui tourmentent notre esprit.

Une selle bien moulée, de bonne couleur et sans odeur, fait notre plus grand bonheur.

Et au-delà de tout cela, c’est aussi un de nos sujets de conversations préférés. Je le vois sur mon Instagram en DM. Nous n’avons aucune retenue sur ce sujet et n’hésitons pas à échanger de temps en temps sur nos petits ou gros caca. Bon attention, on ne va pas jusqu’à s’envoyer des photos… Mais pas loin 🙂

La nourriture et le SII

La nourriture, c’est le casse-tête du colopoto (Contraction de colopathe et poto). On sait qu’il faut suivre un certain régime, comme le sans FODMAP, mais c’est parfois impossible de s’y résoudre.

Ou alors, on sait pertinemment que les légumes crus nous font du mal, mais on mange des tomates cerise à chaque repas, parce que c’est bon et ça rafraichit.

Personne n’est plus gourmand qu’un colopathe. C’est un peu comme après une cuite et la fameuse phrase « je ne boirai plus jamais ». Le colopathe se réveille le matin en se disant « Plus jamais de gras, de sucre ou de produits laitiers ». Et on le retrouve le soir devant Netflix avec son paquet de M&M’s.

Du coup, entre copains colopathes, le sujet de la bouffe est inévitable !

  • « Tas mangé quoi hier ? »
  • « Waaa et tu supportes bien ça ? »
  • « Et tu te plains d’avoir mal au bide »

On critique, on teste, on regrette… Et pourtant, on adore manger, pour la plupart d’entre nous. C’est un peu le comble d’aimer manger quand on ne peut rien manger ou presque non ? :p

Les traitements miracles

Evidemment, un bon colopathe, va penser que tout le monde est incompétent face à son problème. Il n’a pas tout à fait tord en plus, car franchement, personne n’y connaît rien (Oui je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas hahaha). Du coup, pour se soigner, on se sent un peu seul et on fait tout et n’importe quoi.

On traîne sur internet, sur les forums, ou dans les pharmacies à la recherche de nouveaux traitements miraculeux. Que ce soit des huiles, des incantations vaudoues ou n’importe quoi d’autre. Et surtout, chose à ne pas faire, car tout le monde est différent, on s’échange nos bonnes (mauvaises) astuces.

Parfois, c’est pire ! Parfois, c’est mieux… Mais c’est comme avec le SII, on n’est jamais sûr de rien.

Bref, il n’existe certainement pas de remède miracle, mais au moins, ça nous occupe de le trouver.

Les professionnels de santé

En plus des traitements miraculeux, on recherche des professionnels de santé capables de nous aider. Que ce soit des diététiciennes, des naturopathes, des gastroentérologues ou des chamanes.

On essaie, on essaie encore et encore et on se dit, c’est sûr cette fois, c’est la bonne :D. Mais non, pas toujours. Heureusement, cela arrive.

Du coup, pareil, on n’hésite pas à s’échanger les adresses et critiquer certains praticiens qui ne nous écoutent pas en disant à quel point nous sommes déçus et tristes de ne pas être pris au sérieux. C’est drôle, mais surtout désarmant, on ne va pas se mentir.

N’empêche que c’est un de nos sujets favoris de discussions, c’est sûr.

Les symptômes bizarres

On adore aussi parler de nos symptômes plus bizarres les uns que les autres. Que ce soit les douleurs au dos, les sensations de brouillard, les diarrhées avec en même temps des selles dures, les trucs bizarres dans les selles (genre aliments non digérés)… Bref, des choses insoupçonnées par les médecins et les personnes n’ayant pas les intestins irritables.

Bah ouais, c’est cool de dire « tiens, j’ai retrouvé du maïs non digéré » ou encore, « j’étais dans le train et d’un coup j’ai eu mal au ventre, sans raison ».

Voilà, la vie de tous les jours pour un colopathe.

Les aventures du SII

Pour terminer, il y a les aventures des personnes atteintes du SII. On a tous des anecdotes plus ou moins drôles à ce sujet, mais trépidantes :D.

Par exemple, je parlais de l’exemple du train ci-dessus. Mais ce que je n’ai pas dit, c’est à quel point il peut y avoir une urgence d’utiliser les toilettes et que parfois, elles sont HS. En effet, un colopathe ne peut pas toujours se retenir comme les autres personnes. Nous n’avons pas forcément cette chance. Heureusement, notre radar à WC est toujours en veille :D.

On peut aussi raconter nos exemples de personnes qui ne nous croient pas et pensent que c’est dans la tête. Parce que c’est notre quotidien.

Bref, un tas de choses sympa et de péripéties qui mériteraient un livre ou une série TV. T’es pas d’accord ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.