Les pires réflexes quand on est atteint de colopathie fonctionnelle

Quand on est atteint du syndrome de l’intestin irritable ou colopathie fonctionnelle, nous sommes souvent livrés à nous-mêmes, sauf dans de rares cas. C’est normal, car c’est une maladie peu connue même si elle touche beaucoup de personnes. On estime que la moitié des Français serait confrontée à des troubles digestifs durant une période de leur vie et un grand nombre souffrirait de troubles fonctionnels intestinaux récurrents ou chroniques. C’est dire si c’est une pathologie à ne pas négliger. Pourtant, les professionnels de la santé ne sont pas toujours informés et ne savent pas toujours nous soigner. C’est la raison pour laquelle, nous les colopathes, prenons des mauvaises habitudes qui n’aident pas dans notre processus de mieux-être ou de guérison. Voici donc ce qu’il ne faut surtout pas faire !

Regarder sur internet

Quand on a des troubles digestifs qui durent, on est tenté de chercher des informations sur les différentes pathologies qu’on pourrait avoir.

Grave erreur, car sur internet, on trouve de tout et cela peut nous stresser énormément à la vue de mots comme « cancers », « maladies inflammatoires » etc. Heureusement, dans la grande majorité des cas, ces maladies sont éliminées lors des différents examens. C’est pourquoi, il vaut mieux, ne pas se faire sa propre idée et attendre les rendez-vous avec les médecins. Je parle en connaissance de cause, car je suis hypocondriaque. Je devais me faire violence chaque jour afin de ne pas penser que j’allais mourir.

Et même si on ne pense pas aux choses les plus graves, internet est tellement riche en informations qu’on ne sait plus quoi regarder. Et du coup, on s’y perd.

Tout cela est anxiogène, ce qui n’aide pas dans le SII, qui présente une grande part psychologique.

Se soigner seul

Du coup, quand on se sent seul face à une maladie et que même le gastro-entérologue et le médecin traitant, sont impuissants, on cherche des solutions seul. Parfois, cela fonctionne avec un régime adapté comme le sans FODMAPS. Par contre, il arrive que ce soit pire, car justement, on a trouvé de mauvaises informations, ce qui déclenche des crises et met dans un cercle vicieux difficilement contrôlable.

Je pense qu’il faut alors se faire aider, pour ne plus avoir la tête dans le guidon et prendre les mauvaises décisions. Certaines personnes sont spécialisées dans les troubles digestifs et peuvent donc nous accompagner. C’est le cas des diététiciennes ou des naturopathes. Attention, c’est important de bien choisir en se renseignant sur les formations par exemple ou suite à un bouche-à-oreille. En effet, certains profitent de nos symptômes pour se faire de l’argent sur notre dos. Ne choisis donc pas la première personne et renseigne-toi autour de toi, notamment sur Instagram ou les forums. C’est important d’avoir confiance, sinon cela ne fonctionne pas.

Evidemment, tu peux aussi rencontrer un thérapeute pour t’aider à être moins anxieux si c’est une des causes de ton SII. Car oui, nous sommes tous différents et il y a beaucoup de causes différentes dans cette maladie.

Ne pas faire comme les autres

Comme vu juste au-dessus, nous sommes tous différents face au SII. Certains auront des symptômes parce qu’ils ne digèrent pas bien les graisses par exemple et d’autres parce qu’ils sont stressés. Pour d’autres ce sera un mix de plusieurs choses. Du coup, le traitement de fond est aussi différent pour chacun et il ne faut surtout pas copier son voisin. Ce qui marche pour l’un ne marchera sûrement pas pour toi.

Je te conseille donc vraiment de suivre un programme qui t’es adapté au mieux. Sinon, c’est la catastrophe assurée et tu auras encore une fois des crises plus importantes ou en tout cas, peu/pas d’amélioration.

Ne pas hésiter à en parler

Pour finir, un conseil qui peut paraître évident, c’est qu’il faut parler de tes problèmes. En effet, comme c’est une maladie peu sexy avec des gazs et des ballonnements, certaines personnes sont inconfortables. Cela peut se comprendre, mais il faut te dire que c’est une maladie comme une autre et que c’est toi qui en souffres. Ton médecin est habitué, donc ne sois pas gêné. Ton entourage, ta famille et tes amis doivent aussi être au courant, car la coloapthie change les habitudes alimentaires et il faut les prévenir afin d’éviter tout désagrément lors des repas. Mieux vaut expliquer les choses pour éviter de faire une crise, même s’il ne faut pas s’empêcher de vivre et qu’un écart de temps en temps est fortement conseillé afin de ne pas trop s’enfermer.

Bref, en parler peut aussi soulager la conscience et diminuer le stress. Ne garde pas tout pour toi, c’est vraiment important. Et ceux qui ne sont pas Ok avec ta situation, n’oublie pas que tu as une vraie maladie, même si elle n’est pas visible et que tu es pleinement dans ton droit d’avoir des douleurs ou des inconforts. Rien de mieux pour faire du tri dans la vie :D.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.