Quelles sont les causes de la colopathie fonctionnelle ?

Le syndrome de l’intestin irritable est une maladie très fréquente, qui touche énormément de personnes, mais qui étrangement, reste assez méconnue des médecins et des personnes touchées. Il y a beaucoup d’interrogations sur les origines, les traitements et les symptômes qui sont variés et peuvent changer d’un malade à l’autre. En bref, tout le monde est un peu paumé. La majorité des individus sont colopathes durant leur vie. Que ce soit quelques semaines, mois ou années. Certains le remarquent, d’autres non. Certains le vivent bien, d’autres non. Par exemple, qui n’a jamais eu de période de constipation ou de douleurs digestives sans raison ? Heureusement, il y a quand même quelques explications et nous allons donc voir aujourd’hui les différentes causes de la colopathie fonctionnelle. Et ce n’est pas forcément les mêmes pour tout le monde. En gros, ce n’est pas simple cette histoire !

Qu’est-ce que la colopathie fonctionnelle ?

Avant de parler des causes de la colopathie fonctionnelle, il faut comprendre ce que c’est. Même si pour ceux qui sont touchés, c’est une vraie maladie, ce n’est pas toujours le cas pour les professionnels de la médecine qui y voient surtout une manifestation psychologique. Pourtant, le colon irritable, ce n’est pas que ça, mais nous le verrons par la suite.

Les premiers signes apparaissent généralement entre 25 et 40 ans. C’est déjà un premier élément qui peut distinguer cette pathologie d’une autre plus grave comme le cancer qui survient habituellement plus tard. Les femmes sont plus touchées que les hommes.

Pour définir cette maladie on peut parler de troubles digestifs chroniques, supérieurs à trois mois, dont le diagnostic est posé après avoir éliminé les autres causes. Celle-ci peut être déclenchée par une autre maladie (Gastro) ou lors d’une grande période de stress.

Dans les symptômes, on peut retrouver :

  • Des troubles du transit : Constipation, diarrhée ou alternance des deux ;
  • Les ballonnements ;
  • Des flatulences parfois excessives ;
  • Des nausées et vomissements ;
  • Un inconfort intestinal ;
  • Des douleurs ;
  • Et d’autres signes différents en fonction des personnes : Mal de dos par exemple.

Les causes de la colopathie fonctionnelle

Je ne suis pas médecin, et tout ce qui se dit dans cet article n’est pas le fruit de mes études, mais plutôt de recherches approfondies et d’échanges avec des personnes dans ma situation (Car oui, je souffre moi aussi du colon irritable).

Ce qui ressort principalement, dans tout ce que j’ai pu lire, c’est que la colopathie fonctionnelle a trois causes distinctes : organique, alimentaire et/ou psychologique.

Les causes organiques du syndrome de l’intestin irritable

Il n’existe pas qu’une seule cause organique pour la colopathie fonctionnelle. Il en existe plusieurs qui peuvent être différentes d’un individu à l’autre. Mais on peut quand même trouver certaines similitudes et donc affirmer ce qui peut être à l’origine de manière globale et donc de donner des pistes pour améliorer la situation.

Comme nous l’avons vu, cette maladie peut être déclenchée lors d’une infection ou une inflammation comme lors d’une gastro ou la présence d’une bactérie. Cela provoque alors un déséquilibre de la flore intestinale qui va perdurer dans le temps et maintenir des symptômes. Pour rappel la flore intestinale est composée de bonnes et mauvaises bactéries. Lors d’une dysbiose, les mauvaises bactéries sont alors en quantité plus importante que les bonnes.

Il est aussi possible que ce soit dû à un trouble de la motricité intestinale. Cela veut dire que le colon travaille trop ou à l’inverse pas assez et que les contractions ne soient pas normales. En gros, on peut considérer notre intestin comme un moteur de voiture qui ne fonctionne pas très bien.

Et enfin, cela peut aussi tout simplement être causé par une hypersensibilité intestinale. C’est-à-dire, que les colopathes ressentent les moindres mouvements de leurs intestins sui sont très sensibles aux changements alimentaires, sportifs ou émotionnels.

L’intestin est sensible à tout ce qui se passe comme les gazs ou les selles.

Les causes alimentaires de la colopathie fonctionnelle

En plus des causes organiques, il y a aussi les causes alimentaires. Cela veut dire que comme vu au-dessus, l’intestin est parfois, tout simplement et tout bêtement, plus sensible. Avec le temps, les excès, la vie tout simplement, l’appareil digestif supporte moins bien certains aliments.

C’est souvent le cas du sucre ou des aliments transformés. Mais, cela peut simplement être une intolérance au lactose, qui devient plus importante avec l’âge. Ou au gluten sans que cela soit une maladie cœliaque.

Et étrangement, alors qu’on pourrait penser que cela est bon pour la santé, les crudités agressent parfois les intestins, ce qui peut entrainer certains symptômes.

Le régime sans FODMAP est souvent conseillé et bénéfique pour les personnes atteintes.

Les causes psychologiques

Parallèlement aux causes organiques et/ou alimentaires, il y a aussi un fort facteur psychologique. Même s’il ne fait pas tout, il est régulièrement l’élément déclencheur. Cela veut dire qu’en période de stress, d’anxiété ou de surmenage, une colopathie fonctionnelle est plus susceptible d’apparaitre que lors de vacances en bord de mer.

Pour soigner une colopathie, il faut aussi donc prendre en compte cet aspect. On remarque souvent que quand l’élément déclencheur n’est plus présent, cela va un peu mieux voir fait disparaitre la maladie. Même si les intestins ne sont pas totalement « réparés » et qu’il faut continuer d’en prendre soin.

Il n’est pas rare de retrouver un traumatisme comme un viol, ou des violences, chez les personnes présantant des troubles intestinaux.

Tous différents

Comme nous venons de le voir, cette maladie est possiblement tridimensionnelle et il faut prendre en compte le psychologique, l’organique et l’alimentaire. Même si nous savons tout cela, il semblerait que ce ne soit pas une explication suffisante. C’est pourquoi des recherches sont toujours menées pour comprendre un peu mieux.

Par exemple, d’après une étude, ce pourrait être des cellules appelées mastocytes qui seraient en partie responsables. Celles-ci libèrent de l’histamine provoquant des réactions digestives. Cela pourrait aussi être dû à des enzymes nommées « prothéases ».

On pourrait aussi se dire que cette maladie est un peu différente pour tout le monde et que finalement la cause n’est pas la même pour tous. Chez certains cela peut être la mal-digestion des graisses alors que pour d’autres l’aspect psychologique serait plus important. Nous sommes tous différents et c’est ce que le SII nous prouve chaque jour.

La colopathie étant une maladie par élimination, elle regroupe certainement plusieurs sous-maladies ayant des causes différentes. On ne la diagnostic que quand toutes les pathologies « graves » sont éliminées comme le cancer du colon ou la RCH.

Bref, il y a encore du chemin avant de comprendre le mécanisme parfaitement et j’espère que des solutions seront proposées dans les futures années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.