Une nouvelle communauté est née : Les colopotos

En tant qu’influenceur intestinal (XD) je me devais d’avoir des réseaux sociaux, même si ce n’est pas ce que je préfère et que je suis nul. Appelons un chat un chat. Du coup, j’ai créé un Instagram et j’avoue que je me suis prêté au jeu. A tel point que j’y passe plusieurs heures par jour. Que ce soit à échanger avec vous ou pour créer des posts plus loufoques les uns que les autres. Pourtant, au moment où j’écris ces lignes, nous ne sommes que 600 sur mon compte (tu peux le retrouver à la fin de cet article).

J’ai l’impression que nous, les colopathes ou personnes atteintes de SII, nous sommes une grande communauté incomprise, mais hyper-bienveillant les uns envers les autres. C’est vraiment ce que j’apprécie et ce que j’ai pu remarquer chaque jour. Du coup, grâce à une personne avec qui j’échange en MP, un surnom est ressorti pour nous qui partageons notre vie avec un intestin capricieux : « Les colopotos« .

C’est quoi un colopoto ?

Mais du coup, c’est quoi un colopoto ? Pour faire simple, c’est la fusion entre les mots « colopathe » et « poto (pote) ». Même si colopathe n’est pas/plus un terme vraiment approprié maintenant. En effet, avant, pour désigner les intestins irritables, on parlait de colon irritable ou colopathie. Mais comme on s’est aperçu que cela ne touche pas que le gros intestin (Colon), mais aussi l’intestin grêle, on a changé le nom.

Maintenant on parle plutôt de :

  • Troubles fonctionnels intestinaux
  • Syndrome de l’inetstin irritable

Mais même si colopathe ne se dit plus réellement, j’aime bien et je trouve ça mignon. Du coup, j’adore encore plus le terme de colopoto. Et toi aimes-tu ?

Du coup, pour faire une définition plus précise, un colopoto est quelqu’un de bienveillant qui est atteint de troubles intestinaux et qui fait partie de notre superbe communauté.

Dédiaboliser le syndrome de l’intestin irritable

Le but de ce blog et de la communauté des colopotos, c’est aussi de dédiaboliser le SII. En effet, c’est une maladie, malheureusement, taboue et dont certaines personnes ont honte. Que ce soit les femmes ou les hommes. D’ailleurs, les hommes sont moins touchés, mais n’en parlent pas beaucoup non plus. C’est une raison de plus pour aborder le sujet à la fois de façon sérieuse, mais aussi plus légèrement. J’espère que les paroles vont se libérer et qu’on n’aura plus peur de dire qu’on est colopathe, ni d’en parler ouvertement sur les réseaux ou aux professionnels de santé.

Car, on ne va pas se mentir, parler de diarrhée, de constipation ou d’un orchestre philharmonique dans le ventre, ce n’est pas toujours top. Et quoi de plus inconfortable que d’avoir des crampes d’estomac, ou une sensation de pesanteur dans le bas ventre ? Oui, l’intestin irritable porte bien son nom, car il nous irrite à la fois physiquement et mentalement.

Il faut donc pouvoir se sentir libre d’exprimer ses émotions et ce qu’on ressent.

Aborder des sujets simples

Etre colopoto, c’est avoir des troubles du transit et donc des flatulences, des ballonnements ou je ne sais quoi d’autre de mignon et agréable. Ce n’est pas toujours facile à vivre personnellement, mais ça l’est encore moins en communauté.

Que ce soit en famille, entre amis ou au travail, il faut se sentir bien dans sa peau pour affronter le regard des autres. Des réflexions du style « Tu vas encore aux toilettes » ne sont pas délicates et peuvent nous embarrasser.

Les relations de couple, surtout lors des premiers rendez-vous, peuvent aussi être compliqués. Ce n’est souvent pas un sujet qu’on aborde en premier.

  • « Salut moi c’est Alex et je ne vais pas souvent aux toilettes »
  • « Enchantée Alex, moi c’est Karine et à l’inverse, je vais beaucoup aux toilettes »
  • Les deux : « On est fait pour être ensemble ! »

Non ça ne se passe pas comme cela XD.

Des sujets qui touchent plus ou moins certaines personnes, qui peuvent paraître simples, mais qui finalement ne le sont pas.

C’est super de pouvoir échanger ensemble là-dessus, pour voir comment chacun peut aborder ces différents problèmes de notre vie quotidienne.

Rire pour être décomplexé

J’ai toujours eu du mal dans ma vie, depuis tout petit, à parler de tout ce qui tourne autour des selles et des troubles digestifs. Je ne sais pas trop pourquoi. Alors tu te doutes bien que depuis que j’ai le syndrome de l’intestin irritable, ce n’est pas super simple à vivre pour moi.

Du coup, j’ai créé ce blog pour m’aider à avancer et être décomplexé face à tous ces symptômes. Et je t’avoue que c’est surtout grâce au rire que j’ai pu évoluer.

C’est vrai que l’humour à ce superpouvoir de tourner en dérision n’importe quoi. C’est vraiment un bon moyen d’aller mieux et de relativiser, je pense. Je crois d’ailleurs que tu en es aussi convaincu si tu me suis un minimum.

Il y a des jours où on n’a pas envie de plaisanter et je comprends tout à fait. Mais parfois, rien de mieux qu’un bon fou rire.

Bref, tu l’as compris, j’essaie d’utiliser toutes les armes en ma possession pour embêter ma colopathie. Car oui, elle n’aime pas être ignorée ;).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.